L'actualité supersonique

Vosges Matin : Le chocolatier Lamielle se souvient du Concorde

Le supersonique est venu à trois reprises dans les Vosges. Le chocolatier René Lamielle se souvient d’un meeting où La Liberté de l’Est avait affrété l’avion pour un vol. Nous sommes en juillet 1986. « J’avais été invité par le patron de La Liberté de l’Est, Marcel Clément, qui organisait un meeting aérien à l’aéroport Epinal-Mirecourt », se souvient le chocolatier. Pour l’occasion René Lamielle avait réalisé un tableau en chocolat d’un mètre par soixante centimètres pesant près de 8 kg avec le Concorde incrusté dans le chocolat selon la technique des Emaux de Longwy. C’était en plein été, il faisait très chaud ce jour-là. Pour éviter que le tableau n’arrive à l’état liquide à Mirecourt, René Lamielle est escorté par deux motards qui vont lui ouvrir la voie, « il y avait des centaines et des centaines de voitures sur des kilomètres, je n’avais jamais vu ça ». Finalement la création chocolatée arrivera à bon port. Peu avant que l’oiseau blanc ne pointe le bout de son nez pointu…


Décès de Pierre Chanoine-Martiel , ancien pilote du Concorde

Pierre Chanoine-Martiel est mort à l’aube de ses 100 ans. Il fut le commandant de bord du premier vol commercial Concorde entre Paris et Rio de Janeiro le 21 janvier 1976. Pierre Chanoine-Martiel avait aussi battu deux records historiques du supersonique franco-britannique. Le 18 août 1978, avec son équipage, il a relié Paris à Washington en 3 heures et 35 minutes (10 minutes de moins que pour New York pourtant plus proche). Un an après, le 24 septembre 1979, c’est un record de vitesse pour un vol retour de 4h10 entre Caracas et Paris. Il totalisait plus de 1.200 heures sur Concorde et quelques 26.000 heures de vol au total. Après avoir été pilote militaire en intégrant notamment le célèbre groupe de chasse « La Fayette », il a continué sa carrière au sein d’Air France aux commandes d’avions légendaires (du DC4 au 747). AEROBUZZ 20 MARS 2019 JB  


Le journal de l’aviation : Jean Pinet, l’un des « Hommes de Concorde »

Article de presse , Fle journal de l’aviation, Stéphanie Pansier-Larique À l’occasion du cinquantième anniversaire du Concorde, l’avion supersonique le plus célèbre de tous les temps, nous sommes allés à la rencontre de l’un de ceux qui fut à l’origine de cet oiseau de légende, Jean Pinet. Des bancs d’école… Tout commence à Tarbes (Hautes-Pyrénées) dans les années 1940. Un jeune garçon appelé Jean Pinet, alors âgé d’une dizaine d’années, observe quotidiennement les avions du Centre de formation de la Luftwaffe situé près de chez lui. Un jour lui vient à l’idée que « ce n’est peut-être pas une idée si idiote que de devenir pilote ». Il ne sait pas encore que cette idée allait marquer le reste de sa vie. En 1946, il intègre l’école des Arts et Métiers dont il sort major en 1949. À cette époque-là, seuls les militaires peuvent suivre une formation de pilote de qualité, c’est pourquoi il tente de rentrer sur titre à l’École de l’Air située sur la Base Aérienne 701 de…


la chaîne Histoire rendra hommage à Concorde, mardi 26 mars 2019 à 20H40

À l’occasion des 50 ans du premier vol du Concorde, la chaîne Histoire lui rendra hommage mardi 26 mars à 20:40 avec la diffusion du document inédit “Concorde, une épopée” réalisé par Joëlle Novic en coprodudction avec l’INA. Le Concorde a fait rêver et fait toujours rêver, mais s’il a été le fruit d’une volonté d’ingénieurs portés par une vision d’avenir positive et une réelle confiance dans leur savoir-faire, la réalité n’a pas ressemblé à un rêve. Il a fallu du talent, de la réussite, de la persistance, des échecs et des embuches, pour faire en sorte qu’un triangle Delta tracé sur une feuille de papier devienne une réalité : un appareil supersonique de transport en vol. Partant de ce vol inaugural, le film remonte le temps pour aller à l’origine de la conception du Concorde.


Ce jour où le Concorde s’est posé à Tours…

Saviez-vous que le supersonique Concorde, qui vient de  fêter ses 50 ans, s’était posé deux fois à Tours ? La première, c’était en 1985… Ce samedi, la Nouvelle République es revenu sur  l’événement, avec le témoignage de la chef d’escale qui avait dû redoubler d’imagination. « J’avais reçu un simple télex, huit mois avant. Le message disait que British Airways envisageait de faire atterrir le Concorde sur la piste de Tours. On me demandait si c’était possible !  » Chantal Rian était alors chef d’escale à l’aéroport de Tours. « J’étais le chef d’orchestre qui doit mettre tous les moyens en place pour que tout se passe bien au sol.  » Elle était habituée à accueillir des avions d’Air France (à l’exception du 747 et du DC-10) déroutés pour cause de brouillard, et à organiser « en une trentaine de minutes » des navettes vers la gare et des trains pour Paris. Mais un avion de cette envergure, c’était une autre affaire. « Je suis rentrée en contact avec Fernand Andreani, pilote de Concorde sur…


FR3 : Fondettes (37) : une exposition pour rendre hommage au Concorde 50 ans après son premier vol

Le 2 mars 1969, le Concorde effectuait son premier vol. L’avion de ligne supersonique continue, 50 ans après, d’émerveiller les passionnés. A Fondettes, en Indre-et-Loire, ce week-end, une exposition rendait hommage à la machine et aux hommes qui ont contribué à son histoire.   A travers son exposition, Gérard Souédet voulait faire perdurer l’esprit Concorde. Le Président de l’association Fondett’ailes a toujours voulu être pilote. Mais impossible avec des lunettes à l’époque. Alors il est devenu ajusteur -mécanicien instruments de bord au centre d’essai en vol de Brétigny-sur-Orge.  Sa première rencontre avec le Concorde a été magique : »C’était au centre d’essai en décembre 1970. Je suis monté dans le Concorde qui était encore en version prootype. J’ai pu rencontrer le pilote. Après l’avoir vu décoller et atterir plusieurs fois, ma passion ne m’a jamais quitté. C’était le plus bel avion jamais construit.  »  L’exposition était l’occasion de rencontrer des membres de l’équipage Parmi les personnes présentes ce week end, Jacky Ramon, pilote pendant cinq mois sur Concorde, avant sa disparition anticipée. 16 ans…


Flight International était au bord de la piste le 2 mars 1969

Décrivant le décollage, Flight écrit:  « L’événement historique a été vu par des milliers de spectateurs dans les allées et les terrains environnants, et par un public beaucoup plus large en France et en Grande-Bretagne par le biais de la télévision en direct, qui comprenait d’excellentes vues en direct.  » « Le transport supersonique était aligné, les quatre moteurs Rolls-Royce / Snecma Olympus étaient alimentés à 80%, la réchauffe était en marche, et avec un nuage de fumée Après 20 secondes, avec une vitesse approchant 150 kt, M. Turcat a permis à l’appareil de se cabrer dans une assiette à piqué de 10 °, la vitesse a continué d’augmenter et, sans autre contrôle perceptible, Concorde a décollé proprement à 175 ks, à 2500 s freine.  » Notre correspondant a affirmé que, de son point de vue situé sur la base de visionnage de la presse proche du point de blocage, « Concorde semblait produire beaucoup moins de bruit que prévu ». Cependant, il a souligné que l’aéronef était léger (240 000 lb) et consommait…


CAP AVENIR CONCORDE fête les 50 ans du premier vol à Cornebarrieu

Louis Paulus, Président de l’association CAP AVENIR CONCORDE souhaitait une commémoration simple du cinquantième anniversaire du premier vol Concorde. Son vœu fut exaucé. Après l’accueil du Maire, Alain Toppan, passionné de Concorde , c’est sous les applaudissements que Michel Rétif , ingénieur en vol d’essai sur le prototype Concorde 001 F-WTSS et 102 F-WTSA fit son entrée dans la salle en compagnie de Mme Rétif et une partie de sa famille. André Chaumeton et Camille Combis , deux figures des premiers essais Concorde étaient également présents. Michel Rétif précisa que la confiance de l’équipage  en eux était grande. Michel Rétif , est bien entendu revenu 50 ans en arrière pour nous livrer son témoignage sur cette aventure technique et humaine, unique, le  2 Mars 1969. Il ne manqua pas de rappeler que malheureusement les autres membres de l’équipage n »étaient plus là. Présence également de Jacky Ramon, commandant de bord du Concorde Air France et dernier pilote certifié sur Concorde et pilote également du dernier vol  Concorde 205 F-BVFA  en juin…


FONDETTES : Fondett’Ailes fête les 50 ans du premier vol de Concorde les 9 et 10 Mars 2019

50 ans après son premier vol, l’association Fondett’Ailes redonne vie au mythique avion de ligne supersonique. Regroupant des passionnés d’aviation civile et militaire, d’histoire, de modélisme, et d’aéro-philatélie, l’association Fondett’Ailes vous invite à découvrir l’histoire du Concorde à travers une collection de documents et de photographies exceptionnels. Conférence d’un ancien  pilote Concorde  : Jacky Ramon Présence de l’association CAP AVENIR CONCORDE qui présentera une quinzaine de pièces Concorde Salle Michel Petrucciani de l’Espace culturel de l’Aubrière / Samedi 9 et dimanche 10 mars de 9h à 19h. Entrée : 5 euros. Gratuit pour les scolaires. Renseignements auprès du président de l’association Gérard Souedet au 06 79 70 09 25. Courriel : ggsouedet(at)yahoo.fr    


12 photos qui retracent l’histoire du Concorde, 50 ans après son premier vol

Fleuron de l’aviation du vingtième siècle, le Concorde s’est élancé pour la première fois dans les airs il y a 50 ans. Le 2 mars 1969, le Concorde s’élançait pour la première fois dans les airs. Cinquante ans plus tard, l’avion supersonique franco-britannique n’est plus en service mais demeure l’une des avancées majeures dans l’histoire de l’aviation. Retour en images sur un avion devenu fierté nationale. LE PARISIEN 4 MARS 2019