Catégorie : La presse

Tous les articles de presse et les livres


Aérobuzz du 13 aout 2019 : Cap Avenir Concorde ou la passion partagée

13.08.2019 par Daniel Faget  A Toulouse, où le premier avion d’essai du programme Concorde a pris son envol, le 2 mars 1969, une association a vu le jour juste après l’arrêt des vols par Air France et British Airways.  Cette association est « Cap Avenir Concorde ». Elle a été créée en 2004 dans le but d’entretenir le mythe du supersonique et de lui permettre de continuer à voler de génération en génération. Dans ses statuts Cap Avenir Concorde (CAC) s’engage à : Evoquer les grands noms connus ou moins connus, en retraçant les étapes majeures de l’aventure technique et humaine, du début des études en passant par les essais, la mise en ligne chez Air France et British Airways, l’arrêt prématuré de l’exploitation commerciale. Organiser ou participer à des expositions et manifestations à Toulouse ou partout où cela sera possible. Faire découvrir les moments forts de la belle aventure supersonique, faire partager ce qui est et restera une des plus belles pages de l’aviation civile. Etre au cœur d’une…


La Dépêche : Michel Rétif  » Le 1er vol de Concorde, un parmi tant d’autres… »

Michel Rétif faisait partie de l’équipe d’André Turcat, sur le projet Concorde. Il était le mécanicien de bord lors du premier vol. Un exploit qu’il a modeste. Les avions, c’est toute sa vie. Assourdissant. Toujours présents. Depuis le jardin verdoyant ou le salon feutré des Rétif, au cœur de Cornebarrieu, sous le couloir aérien, on les entend. Les avions. Maîtres du ciel, aiguilleurs de la vie de Michel Rétif. «J’ai toujours été habitué à en voir, se souvient l’homme né à Versailles. Je me disais que dans cette petite bête là-haut, il devait bien y avoir quelqu’un qui commandait la mécanique.» Les rouages, une affaire de famille ! En 1923, à la naissance de Michel, son père tient une entreprise de serrurerie. Sa mère, elle, s’occupe de la famille : trois fils à la maison. «Elle est décédée quand j’avais 12 ans. J’étais l’aîné. La famille a été un peu disloquée…» A 15 ans, Michel prend son envol. «J’ai été embauché comme ajusteur dans l’entreprise Marcel Bolch, qui deviendra Dassault….


Ouest France : Une collection pour les 50 ans du Concorde

OUEST FRANCE . Vendée La 29e édition du Salon des collectionneurs, organisée par l’Amicale philatélique du Haut Bocage (APHB), se déroulera dimanche 28 avril 2019 de 9h à 18h, salle des fêtes à Montaigu Les professionnels viendront proposer les traditionnels timbres, pièces de monnaies, cartes postales, télécartes, disques de vinyles… « Comme l’an passé, nous ouvrons notre salon aux bibeloteurs. Nous accueillerons Jannine et son univers sur les oies, Martine et sa collection de boutons. Ils présenteront une partie de leurs objets, et partageront leurs passions », explique Philippe Leboeuf, président de l’association. Jacques Bernier, collectionneur passionné par le Concorde, a accepté l’invitation du club philatélique. Un invité de marque, pour Philippe Leboeuf : « C’est pour fêter le cinquantenaire du premier vol du Concorde, le 2 mars 1969. » Le collectionneur est adhérent à l’association Cap avenir Concorde, et a commencé à acquérir des morceaux de l’avion supersonique : hublot, tachymètre, appareils de mesure du tableau de bord, photos originales et toute une documentation technique et philatélique. Jacques Bernier exposera quelques éléments de sa collection. Pour…


Vosges Matin : Le chocolatier Lamielle se souvient du Concorde

Le supersonique est venu à trois reprises dans les Vosges. Le chocolatier René Lamielle se souvient d’un meeting où La Liberté de l’Est avait affrété l’avion pour un vol. Nous sommes en juillet 1986. « J’avais été invité par le patron de La Liberté de l’Est, Marcel Clément, qui organisait un meeting aérien à l’aéroport Epinal-Mirecourt », se souvient le chocolatier. Pour l’occasion René Lamielle avait réalisé un tableau en chocolat d’un mètre par soixante centimètres pesant près de 8 kg avec le Concorde incrusté dans le chocolat selon la technique des Emaux de Longwy. C’était en plein été, il faisait très chaud ce jour-là. Pour éviter que le tableau n’arrive à l’état liquide à Mirecourt, René Lamielle est escorté par deux motards qui vont lui ouvrir la voie, « il y avait des centaines et des centaines de voitures sur des kilomètres, je n’avais jamais vu ça ». Finalement la création chocolatée arrivera à bon port. Peu avant que l’oiseau blanc ne pointe le bout de son nez pointu…


Le journal de l’aviation : Jean Pinet, l’un des « Hommes de Concorde »

Article de presse , Fle journal de l’aviation, Stéphanie Pansier-Larique À l’occasion du cinquantième anniversaire du Concorde, l’avion supersonique le plus célèbre de tous les temps, nous sommes allés à la rencontre de l’un de ceux qui fut à l’origine de cet oiseau de légende, Jean Pinet. Des bancs d’école… Tout commence à Tarbes (Hautes-Pyrénées) dans les années 1940. Un jeune garçon appelé Jean Pinet, alors âgé d’une dizaine d’années, observe quotidiennement les avions du Centre de formation de la Luftwaffe situé près de chez lui. Un jour lui vient à l’idée que « ce n’est peut-être pas une idée si idiote que de devenir pilote ». Il ne sait pas encore que cette idée allait marquer le reste de sa vie. En 1946, il intègre l’école des Arts et Métiers dont il sort major en 1949. À cette époque-là, seuls les militaires peuvent suivre une formation de pilote de qualité, c’est pourquoi il tente de rentrer sur titre à l’École de l’Air située sur la Base Aérienne 701 de…


50 ans après : Revue de presse


27 juin 2003 : Dernier tour de piste d’un Concorde français

Aérobuzz dans son édition du 2 Mars 2019 revient sur le dernier vol sur sol Français. Article de Bastien Otelli Bastien Otelli est suffisamment âgé pour avoir vu évoluer Concorde. Deux fois même. La première, il avait 11 ans. Il ne faut pas chercher ailleurs sa dévotion pour le supersonique. A l’occasion du cinquantième anniversaire du 1er vol de Concorde, le 2 mars 1969, les journalistes d’Aerobuzz.fr se souviennent* Concorde et moi, c’est une histoire de compréhension, de maturité. La première fois que j’en ai vu un, je n’avais pas plus de 7 ans, et il était exposé sur le tarmac du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget. À l’époque, plus fasciné par les avions de chasse que par les avions de ligne, je me désintéressais quelque peu de ce drôle d’engin effilé au nez tordu, haut perché sur son train d’atterrissage. Lors de la visite à bord, j’avais été très déçu par l’étroitesse du couloir central, de celle de ses sièges, et par la taille (ridicule) de…


Boom Supersonic lève 100 millions de dollars pour un successeur au Concorde

Publié le 6 janvier 2019 à 16h00 par Joël Ricci Boom Supersonic, dont l’ambition est de développer un avion supersonique commercial, un demi-siècle après le Concorde, a annoncé vendredi  4 janvier avoir réussi à lever 100 millions de dollars pour financer son projet. Pour finaliser ses desseins d’un vol Sydney-Los Angeles en 6h45 au lieu de 15h, d’un vol New-York-Londres en 3h15 au lieu des 7 heures habituelles ou d’un Tokyo-San Francisco en 5h30 au lieu de 11 heures, la société Boom Supersonic a annoncé avoir levé 100 millions de dollars pour développer un avion commercial de 55 sièges pouvant voler à Mach 2,2, successeur désigné du défunt Concorde. « Le vol supersonique existe depuis plus de 50 ans, mais la technologie permettant de le rendre efficace et grand public n’a été acceptée que récemment par les régulateurs. Nous combinons des matériaux et des technologies éprouvés sur d’autres avions de passagers dans un nouveau design révolutionnaire, offrant aux passagers et aux compagnies aériennes une accélération révolutionnaire », affirme Boom Supersonic.  Plusieurs fonds…


X-59 : Lockheed Martin fabriquera l’avion supersonique de la NASA

ARTICLE GNT Le mercredi 21 Novembre 2018 à 19:00 par Mathieu M.   La NASA a récemment confirmé avoir finalement confié le développement et la construction de son avion supersonique à la société américaine Lockheed Martin. Le X-59 QueSST va donc enfin pouvoir entrer en production. Cela fait quelques années que divers industriels annoncent souhaiter renouer avec les vols commerciaux supersoniques. Car depuis la mise à la retraite du dernier Concorde en 2003, le développement de tels engins est resté au rang de rêve d’ingénieur. Quelques projets ont été annoncés chez Boeing ou en Chine, sans trouver d’application concrète à ce jour. La NASA pourrait donc être la première à revenir dans le domaine avec son X-59 QueSST, un avion dont le développement vient d’être confié au fabricant américain Lockheed Martin avec un contrat de 247,5 millions de dollars à la clé. Un premier vol d’essai devrait avoir lieu en 2021 et le X-59 ne devra pas seulement dépasser la vitesse du son, il devra également répondre aux critiques que…


Ça y est, la construction de l’avion supersonique de la NASA débute !

Par Alexandre Boero Le 20 novembre 2018 Le 19 novembre, la NASA a attribué à l’entreprise américaine Lockheed Martin un juteux contrat pour démarrer la construction de son avion supersonique. « Cet avion a le potentiel de transformer l’aviation aux États-Unis et dans le monde en rendant tout vol aérien plus rapide que jamais ». Les mots de l’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, font évidemment rêver. Lundi, nous avons appris que la NASA a attribué à la firme Lockheed Martin, une référence mondiale de la défense et de la sécurité qui emploie près de 130 000 personnes dans le monde, un contrat de 247,5 millions de dollars pour construire l’avion supersonique X-59 QueSST. Les premiers essais dès 2021 La NASA s’est engagée à respecter un strict calendrier, qui aboutira au premier vol d’essai de l’engin révolutionnaire en 2021. Le X-59 QueSST est conçu pour être quasiment inaudible. La réduction du volume d’un bang sonique serait telle qu’on pourrait le ramener à celui d’un léger bruit sourd, s’il venait à être entendu….