Philippe Chetail, collaborateur à l’organisation de plusieurs centaines de meetings aériens depuis quelques décennies, a mis en scène Concorde à plusieurs reprises dans les années 80. A l’occasion du cinquantième anniversaire du 1er vol de Concorde, le 2 mars 1969, les journalistes d’Aerobuzz.fr se souviennent.

Concorde en passage bas, configuration lisse, à Epinal-Mirecourt, en 1986. © Collection Philippe Chetail

Il fut un temps où tout était simple ! Enfin bien plus simple que cela ne l’est aujourd’hui… La sûreté en meeting aérien n’était pas ce qu’elle est devenue et les présentations en vol n’étaient pas appréhendées par l’administration avec le même regard qu’en 2019. Nous étions au début des années 80, et çà c’était avant ! Bien avant un funeste 26 juin 1988 où tout a basculé du côté de Mulhouse, sur le petit terrain d’Habsheim !

A cette époque, les liners se donnaient en spectacle dans les meetings et tout le monde applaudissait des deux mains, les fonctionnaires de tous les corps de l’Etat n’étant pas les derniers à apprécier. L’association « Airshow »,  spécialiste de la mise en œuvre de spectacles aériens, coordonnait le show et assurait la Direction des Vols de ce premier meeting sur l’Aérodrome d’Epinal, à la demande du quotidien « La Liberté de l’Est » affréteur de l’avion et co-organisateur de la manifestation…

Nous avions mis en forme le plateau, alternant avions de collection, voltigeurs en solo et petites patrouilles qui, depuis trois heures rivalisaient de virtuosité. Le show touchait à sa fin… Roland Freyssinet, aux commandes de son Mystère IV argenté ponctuait son dernier passage d’un ultime tonneau …  Puis le silence se fit !

Au loin, précédant un léger panache de fumée, un point grossissait rapidement… Il était là, pour la première fois dans le ciel des Vosges, en finale sur la piste 26 de Mirecourt, le nez bas, incidence à cabrer, sa magnifique aile delta telle une voile déployée.

« Mesdames Messieurs, sa Majesté Concorde !»  laissait échapper avec enthousiasme Bernard Chabbert, commentateur de cet événement tellement particulier…

Etait-il utile de le présenter cet avion prestigieux ? Certes non, mais l’événement n’en était pas moins exceptionnel. Pour la première fois, si ce n’est lors des salons du Bourget ou de Farnborough, celui qui a fait 20 années durant la fierté de l’industrie aéronautique nationale, se produisait en province, devant un public ! Ce n’est pas sans une certaine fierté que l’équipe d’Airshow, vivait ce moment tant attendu.

« Mais il va se poser ? » m’interrogeait Philippe Seguin, ministre et maire d’Epinal, assis à mes côtés sur le podium de coordination. Bien aligné, en courte finale et à faible vitesse, train sorti, le captain, comme s’il avait entendu la question, mettait toute la puissance en poussait les manettes de gaz en avant. Dans le rugissement simultané de ses 4 turboréacteurs Olympus, le supersonique reprenait son envol.

Le grand oiseau blanc est revenu deux fois à Mirecourt et sa présence ici a surtout ouvert la voie à d’autres présentations dans de grands meetings français. Le public se souvient des passages du F-BVFA encadré par les Alphajet de la Patrouille de France du Cdt Velluz et les remises de gaz spectaculaires du Commandant Machavoine sur le gazon de la Ferté-Alais, une première fois en 1987 et une nouvelle et dernière fois en juin 1988.

L’accident de l’Airbus, moins d’un mois après en Alsace, sonnait le glas des présentations d’avions de ligne en meeting aérien pour de longues années.

AEROBUZZ – 26 Février 2019 Philippe Chetail